Communiqué en course n°8
Bateau village

Bien calée sur la route directe, Laurence maintient sa position de 15ème ou 16ème selon les pointages, et ce malgré le retour des Est-iste qui reviennent en se recalant sur les îles du Cap vert, passage obligé pour tous. Les dégâts du passage des Canaries vont bon train, entre 2 démâtages et un certain nombre de bouts dehors brisés, et les réparations à terre (arrêt aux Canaries ou au Cap Vert) pour certains, en mer pour d'autres font perdre beaucoup de temps aux malheureux skippers. Tout ceci a usé les organismes, fait perdre de nombreux milles voire la course à quelques-uns, et Laurence en choisissant l'option extérieure aux îles a joué la sécurité du bateau et de la skipette. Pour gagner, il faut arriver à bon port, Bahia, maintenant à moins de 2500 milles (5000 km !) de leurs étraves.

Le passage du Cap Vert prévu dès ce soir pour les premiers protos devrait concerner Laurence dans la journée de demain, et les cartes météo montrent des vents contraires et faibles qui pourraient jouer avec les nerfs de tous et encore creuser les écarts entre les concurrents. Résistera-t-elle ? C'est tout ce qu'on lui souhaite, mais l'expérience de la première étape semble déjà porter ses fruits, entre le choix de la route directe et moins risquée, et ses vitesses assez conformes à ses voisins de milles². Et calée avec 5-6 bateaux à portée de VHF, il est plus facile de garder le moral, et de continuer à attaquer sans relâche, malgré la fatigue qui doit maintenant être présente en permanence.

Concernant ses communications et pour répondre aux questions de quelques-uns d'entre vous : non, je ne suis pas en relation avec elle ! Son seul moyen de communication est sa VHF (radio émettrice - réceptrice d'une portée d'environ 20 milles (40 km)). Celle-ci lui permet de capter Monaco radio pour le bulletin météo une fois par jour, de réaliser ses vacations avec les bateaux accompagnateurs 2 fois par jour (ce qui lui permet de connaître les classements et la distance au but de tous les bateaux quand ils sont à portée de VHF), et ensuite il reste les petits copains ministes, en route pour la même galère, au fil de la journée, au fil de l'eau, au fil des coups de blues, stress ou plaisir maximum, s'ils sont encore à portée. Mais attention au blues de "radio maman", certains ayant un peu de mal à gérer la solitude, ou la version intox "je vais bien tout va bien" qui peut anéantir un moral en quelques minutes de discussion. Il y a aussi ceux qui font l'analyse météo en direct, ceux qui partagent la musique, tout un programme qui peut générer des heures de bruits divers, comme un silence rapidement insoutenable pour certains. Quant à moi, pour essayer de vous faire suivre tout cela "comme si vous y étiez", je passe ma journée (...) sur le site web de la course, les sites météo, et à imaginer ce qu'elle peut vivre et ressentir, fonction des pointages et informations donnés par le site.

Bon vent à tous Nath, pas en direct de la course !

Communiqué en course n°7 Tous les communiqués Communiqué en course n°9